Cold melancholia

COLD MELANCHOLIA

COLD MELANCHOLIA

Jankélévitch écrit à propos des Pas dur la neige, sixième des préludes pour piano de Debussy : « Pourtant Des pas sur la neige n'est pas un « Traité du désespoir » ! Le monde d'ici-bas est le monde de l'entre-deux, et le mystère des tenants et aboutissants ne fait que rendre plus évidente, plus lumineuse, plus méridienne la positivité de cet entre-deux. ».
La série « Cold melancholia » repose sur une expérience affective de cet entre-deux : en effet, elle nous plonge dans un autre monde comme fermé par le froid, cerné par le regard embué par les larmes, mais qui offre quelques ouvertures échappatoires. 
Cet entre-deux c’est celui d’une mélancolie essentielle, celle de la mise à l’écart volontaire, celle d’un moi qui trouve paradoxalement refuge dans un monde froid, conjuguant traces et absences, beautés et inquiétantes compositions de la nature. Variation sur le mode musical autour du paysage comme état d’âme (paysage, neige, mélancolie : trinité romantique !!!), la série « Cold melancholia » tente, par sa texture photographique, son noir et blanc viré, de cerner la tessiture du chant du monde et ses échos dans une âme : les images s’imposent dès lors moins comme une représentation - symbolique ou pas - mais comme l’expression d’un être là sensible face à sa propre complexité qui apparaît dans sa confrontation à la nature.
Share by: